GUERLANGE

Guerlange (luxembourgeois Gierleng/Gärleng, allemand Gerlingen/Gerling) est un village de la ville belge d’Aubange. Il est situé à l’extrême sud-est du Royaume, en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

Il fait partie du Pays d’Arlon (Arelerland) où la langue vernaculaire traditionnelle est le luxembourgeois.

Depuis la fusion des communes de 1977 Il est rattaché à la section d’Athus et donc à la ville d’Aubange mais il faisait autrefois partie de la commune de Messancy.

Origines

Les premiers habitants de Guerlange seraient d’origine celte3. En effet, une tombe celte a été retrouvée à Clemency4, le village voisin, et beaucoup d’indices portent à croire que les premières mentions du village sont de la même origine, comme le lieu-dit du Belleshecken, qui se traduit par « les haies de Bel », Bel étant l’autre nom pour Belenos, une divinité celte.

Vers 800, Guerlange se dote d’une première église qui est alors en bois. En 1294 survint la première évocation d’un seigneur du village, « Thilmann de Guerlange », et en 1326 est faite la première mention de la famille de Noedelange, château-ferme situé en bas du village, par le mariage de Catherine de Noedelange, les biens seigneuriaux passant aux « d’Outscheidt ». En 1337, une nouvelle église est construite, cette fois en pierre et de style gothique.

En 1544, Guerlange fait partie du duché de Luxembourg mais les troupes françaises qui l’envahissent, pillent le village et incendient l’église. La peste tue tous les habitants en 1636. Vers 1750 est bâtie la première école du village (elle sera fermée en 1975 car il manquera, à l’époque, un élève pour atteindre le quota exigé). Pendant ce temps le duché de Luxembourg passe aux mains de la famille des Habsbourg, c’est la période autrichienne.

Un des vieux calvaires du village, remontant au XVIIIe siècle

Guerlange moderne (période belge)

Après la Révolution française de 1789, la France reconquit le duché de Luxembourg auquel appartenait Guerlange. Autrefois faisant partie de la paroisse de Garnich, le village fusionna avec Messancy à cette époque. Mais après la défaite de Napoléon à la bataille de Waterloo en 1815, l’actuelle Belgique ainsi que l’actuel Luxembourg, passèrent aux mains du royaume des Pays-Bas de Guillaume Ier. Lors de la révolution belge de 1830, le village fait toujours partie du duché de Luxembourg qui est alors offert entièrement à la Belgique après l’indépendance de cette dernière. Les grandes puissances européennes de l’époque étant résolues à priver le jeune royaume du point stratégique qu’est la forteresse de Luxembourg-Ville, les protocoles de Londres () stipulèrent que la Belgique devait rendre le Luxembourg au roi des Pays-Bas. Le traité des XXIV articles (), accorda cependant à la Belgique le Luxembourg wallon, ainsi que le Pays d’Arlon (Arelerland) pourtant de langue luxembourgeoise. C’est ainsi que Guerlange resta belge alors que le Grand-duché devenait progressivement indépendant.

En 1859 on note la construction et l’ouverture de la nouvelle église dédiée à saint Martin. Le village est plus au moins épargné par les deux guerres mondiales en termes de destruction. Quant intervient la fusion des communes de Belgique en 1977, Guerlange quitte la commune de Messancy pour rejoindre celle d’Aubange. Le village dépend alors de la section d’Athus.